le Spectre

Roman Fantastique.

Auteur : Arnold Bennett
Traducteur : Emile Chardome

Titre original : The Ghost. A Fantasia in modern themes
Année de première publication en vo : 1907

Editions :

  • 1926, Gallimard Édition de la Nouvelle Revue Française

Roman théâtral louchant sur Le Fantôme de l’Opéra — dont il transcende les codes —, conte fantastique, allégorie métaphysique, roman d’initiation… Le Spectre est tout cela. Aimée comme il se doit de plusieurs hommes (dont Carl Forster, le jeune narrateur du Spectre), la soprano Rosa Rosetta, étoile internationale de l’opéra, semble être surveillée par une présence spectrale d’une impitoyable et meurtrière jalousie. Maladie, morts subites, disparitions s’accumulent autour de la jeune femme, jusqu’au jour où l’ombre qui la suit affronte, en un terrifiant duel mental, l’homme qui lui est resté fidèle.
Bennett jongle avec les conventions romanesques et les profondeurs tragiques ; son roman surnaturel est aussi le portrait charmeur d’une société où l’apparence et le spectacle, déjà, sont rois. Le Spectre ne lésine jamais sur la noblesse des décors et des sentiments. Ses capitales européennes sont celles, élégantes, dorées et mystérieuses d’une fin de siècle vivace autant que décadente. Le Spectre pourtant n’est pas qu’une fantaisie, et dresse le portrait presque unique en littérature d’un spectre conscient de sa « spectritude », et de sa sidérale différence avec le monde des vivants. Il fallait peut-être un écrivain dit réaliste pour donner aussi paradoxalement chair à un fantôme…
d'après Terre de Brume

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.