Doom City

Auteur : ANDRAU, Marianne

Titre original : D.C.

Éditions :

  • 1957, Denoël

Doom City (D. C.) est une ville artificielle, érigée en plein désert du Nevada, pour tester l'effet destructeur d'une bombe atomique. Minutieusement reconstituée, avec ses rues, ses boutiques, son bureau de poste, elle n'est peuplée que de mannequins de cire, créés à l'image d'Américains moyens réels, et d'animaux cobayes. Grâce à des caméras de télévision braquées, d'une colline voisine, sur la cité fantôme, des millions d'Américains pourront suivre, en direct, sa fin apocalyptique…
Mais, peu avant l'heure H, Brandi, un des treize volontaires de la base la plus proche, sous le coup d'une déception amoureuse, s'en vient errer dans la ville condamnée.
Commence alors pour lui la traversée d'un enfer hallucinant peuplé de monstres, où s'affrontent l'Eau et le Feu dans un combat symbolique dont l'humanité est l'enjeu, et qu'il devra arbitrer en répondant à la question : V a-t-il intérêt à ce que l'humanité telle qu'elle est se perpétue ?
Dans ce roman débordant d'invention, Marianne Andrau a réussi à enchevêtrer avec virtuosité deux récits ; l'un, cruellement réaliste, relatant les préparatifs de l'explosion nucléaire où transparaît une satire féroce de l'american way of life et des médias ; l'autre, une flamboyante allégorie où l'on retrouve la dimension onirique de celle que Robert Kemp avait saluée comme « la plus grande visionnaire de la littérature actuelle». Ce livre, publié à la fin des années 50, en, pleine guerre froide, apparaît en effet, en ce début du Me siècle, toujours d'actualité.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.